Tour d'informatique medicale

Entretien avec Pierre Alain Schnegg, directeur de la santé du canton de Berne

Interview : 14 juillet 2020 (étape 2), par téléphone

Quelles sont vos tâches pendant votre travail ?

Dans ma direction, je suis responsable de la santé, en particulier de la planification des soins, des listes d’hôpitaux, mais aussi de toutes les autorisations des établissements, des licences professionnelles. Nous sommes également responsables de toutes les questions sociales dans le canton de Berne, des services sociaux, des institutions sociales et de toute l’intégration. Par exemple, l’intégration des personnes issues des services sociaux, mais aussi l’intégration des réfugiés et des personnes admises temporairement.

L’informatique médicale est un domaine d’étude encore jeune. Quelle importance accordez-vous déjà à cette filière aujourd’hui ?

L’informatique et la numérisation seront l’un des piliers les plus importants dans les années à venir. Surtout en médecine. Il reste beaucoup à faire dans ce domaine. Je pense aussi en particulier à toute l’acquisition de données. Pour l’instant, cela se fait encore très mal et de manière incorrecte. Toutes les interfaces entre les différents systèmes. Je pense également au dossier électronique du patient (DEP), qui ne progresse pas nécessairement rapidement pour le moment. Les besoins seront énormes à l’avenir, je crois qu’avec plus de données et une meilleure qualité de données, nous serons en mesure de fournir une meilleure qualité de service. Elle aura également un impact sur la limitation de la croissance des coûts.

Quelles possibilités de développement du système de santé voyez-vous en relation avec l’informatique médicale ?

Je crois qu’une médecine beaucoup plus personnalisée peut être fournie à l’avenir. Avec toutes les technologies de l’information et toutes les données qui pourraient être collectées et mises à disposition, et aussi analysées de manière croisée, cela nous aiderait à fournir une médecine personnalisée. Et pas un médicament pour lequel nous devons recourir à des essais cliniques pour essayer de déterminer si un médicament a un effet sur une personne ou non. Je vois que nous disposons déjà de certaines informations, mais elles ne sont pas encore suffisamment nécessaires et parfois pas de la qualité que l’on pourrait attendre.

Y a-t-il également des risques liés à la médecine personnalisée ? Si oui, lesquelles ?

Il y a certainement aussi des risques. Tout d’abord, il y a toute la question de la protection des données, qui doit être résolue. Jusqu’où devons-nous aller en matière de protection des données, jusqu’où devons-nous aller pour améliorer le grand public. Ce sont des questions très importantes, des questions éthiques. Selon la manière dont nous traitons ce problème, il se pourrait aussi que nous refusions certains traitements, à certaines personnes et cela ne peut certainement pas être le cas. Ce ne serait pas une amélioration. Et il y aura des risques quant à savoir qui contrôle quelle partie du médicament.

Corona a montré que le système de santé suisse est encore trop peu numérique. Le dossier électronique du patient doit être mis en place pour plusieurs années. Pourquoi cela prend-il autant de temps ?

J’ai l’impression que nous voulons mettre immédiatement à disposition une Rolls Royce, au lieu de commencer par une voiture plus petite qui fonctionnerait et qui pourrait être améliorée. Et c’est souvent le cas si l’on prend maintenant le système d’exploitation Windows, par exemple : Cela n’a pas commencé avec les caractéristiques que nous avons aujourd’hui. Et dans le DEP, vous essayez de tout couvrir jusqu’au moindre détail. En plus de cela, il y a aussi une forte réglementation, qui en principe n’apportera rien. Cela nous coûtera des millions et des millions. Je crains que l’attention ne disparaisse parce que le projet prendra beaucoup de temps et parce que la plupart de ceux qui doivent participer n’utiliseront pas le DEP au final. C’est peut-être là le consensus suisse sur le fait que les patients et les médecins devraient maintenant avoir la possibilité de participer ou non. Mais cela n’apporte pas grand-chose. Si nous voulons vraiment mettre en œuvre un DEP avec succès, il doit être obligatoire pour tous. Chaque résident doit alors recevoir un numéro avec un dossier dans lequel ses données sont stockées. Cela nous permettrait d’éviter de nombreux tests et échantillons car de nombreux médecins ne savent pas que le médecin précédent l’a fait.
Cela nous aiderait également dans les situations d’urgence, lorsque le patient ne réagit plus et qu’aucun des membres de sa famille n’est peut-être présent. Et cela aurait certainement une bonne influence sur la maîtrise des coûts, mais il faudrait plus de courage pour mettre en œuvre la DEP en Suisse.

Je doute également des solutions qui ont été prises là où plusieurs communautés tribales sont en train de se construire. Je veux dire par là qu’en Suisse, une seule communauté d’origine aurait été absolument suffisante. Mais un marché ouvert doit être fourni autour de la communauté d’origine, où les gens peuvent développer des applications et des fonctionnalités supplémentaires qui sont nécessaires en fonction de la région, de la profession ou de l’institution.

Comment puis-je, en tant que futur informaticien médical, apporter mon soutien ici, afin que certaines de ces pierres d’achoppement puissent être éliminées ?

Je crois qu’il y a actuellement un grand fossé entre les décideurs et les personnes qui devront le mettre en œuvre par la suite. Et je pense qu’il sera très important que les gens communiquent davantage sur les possibilités dont ils disposent et les méthodes que vous pouvez utiliser. Pour que les décisions ne soient pas seulement prises en fonction de l’intérêt de certains prestataires de services.

L’informatique médicale est-elle une profession d’avenir ? Si oui, pourquoi ?

Oui, parce que nous aurons un grand développement dans l’avenir, je pense à cet égard aussi aux soins de la population âgée. Nous aurons de plus en plus de personnes âgées de plus de quatre-vingts ans et nous avons besoin de nouvelles méthodes. Nous avons une pénurie de travailleurs qualifiés dans certains domaines, que nous pourrions très bien combler avec une meilleure numérisation. Pensez, par exemple, à tout le domaine de la radiologie, où nous pourrions certainement apporter beaucoup de soulagement avec l’intelligence artificielle. Mais aussi, par exemple, pour la surveillance des maladies chroniques. Au lieu de devoir aller chez le médecin tous les mois, la personne pourrait être suivie à distance, peut-être une fois par mois par un MPA (assistant de pratique médicale) et n’aller chez le médecin qu’une ou deux fois par an. Cela nous permettrait de rendre l’ensemble du système plus efficace. Mais pour cela, nous avons besoin de spécialistes qui connaissent quelque chose à la numérisation et à l’informatique, mais aussi à la médecine.

Alors, nous en sommes à la fin de mes questions. Souhaitez-vous ajouter autre chose ?

Oui, je vous souhaite un excellent voyage en Suisse et beaucoup de succès dans vos études. Je suis heureux que vous ayez choisi cette filière et que vous vous engagiez en faveur de la BFH, c’est certainement une bonne chose.

Merci beaucoup pour votre temps. Je vous souhaite une bonne journée et de bonnes vacances d’été !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.